«Ser es defenderse», RAMIRO DE MAEZTU
Este artículo se publicó en La Gaceta antes de convertirse en La Gaceta de la Iberosfera, no siendo entonces propiedad de Fundación Disenso.

Buen follón tienen encima los obispos franceses

La noticia (en francés) tiene lecturas muy positivas. Fundamentalmente dos. La primera es que ahora hay obispos de todos los pelajes. Antes prácticamente todos eran de uno. Y del más feo. La segunda, y más importante, es que el catolicismo francés renace con fuerza. Y en la mejor línea. Los seglares han dejado de comulgar con ruedas de molino y además mayoritariamente son contrarios al peor episcopado. Que se duele de ello. Porque ven que los suyos desaparecen. Esas ideas que casi acabaron con el catolicismo francés no tienen ya apenas seguidores entre los católicos. Que vuelven a ser militantes. ¡Qué horror! Pues, gracias a Dios. 

LE MONDE | 09.04.2014 à 12h55 | Par Stéphanie Le Bars

Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Georges Pontier, a-t-il voulu remettre de l’ordre dans ses rangs ? Bousculés par les désaccords sur le mariage pour tous et l’importance donnée aux études de genre dans les débats de ces derniers mois, divisés sur les modes de contestation qui ont accompagné ces sujets clivants, déchirés entre positions intransigeantes et christianisme d’ouverture, les catholiques français et leur hiérarchie, également divisée, sont apparus impuissants à débattre sereinement de ces questions au sein des paroisses et de l’institution.
Dans son discours d’ouverture lors de l’assemblée plénière des évêques à Lourdes, mardi 8 avril, l’archevêque de Marseille a fait allusion à ce contexte et mis en garde les évêques contre le risque « d’instrumentaliser » ou « d’être instrumentalisés », alors qu’ils sont régulièrement « requis pour donner caution à des initiatives de tous ordres ». Tout au long de l’année 2013, certains évêques, frontalement opposés au mariage pour tous, ont appelé à manifester, tandis que d’autres dénonçaient, plus discrètement, les manifestations.

« LA RÉFLEXION DE L’EGLISE »

Tout en rappelant ses réserves face aux évolutions sociétales actuelles, Mgr Pontier a également invité les fidèles à ne pas se laisser déstabiliser par les « questionnements profonds » qui traversent la société – notamment ceux liés « au respect de la vie, à celui des enfants, à la conception du mariage, à la fin de vie ».

Récemment, sur pression de groupes intransigeants proches de l’extrême droite, relayés par des responsables catholiques classiquement conservateurs, la CEF a annulé la venue de la philosophe Fabienne Brugère, proche des tenants des études de genre, lors d’une session de formation.

Lire aussi le post de blog : « Les inquiétudes » de la philosophe évincée d’une formation par l’Eglise catholique

Alors que ces débats agitent la « cathosphère », dominée par des blogs militants et conservateurs, Mgr Pontier a évoqué « le développement des réseaux sociaux », parfois marqués « par la violence, l’irresponsabilité et la fermeture à tout dialogue ».

L’archevêque s’est inquiété de voir « le rapport de force » primer sur « tout effort de réflexion, de confrontation, de conversion », alors que « le législatif n’est plus inspiré par les valeurs qui ont fait notre société ». A ses yeux, la réponse passe par « la réflexion de l’Eglise, la communion épiscopale, l’écoute spirituelle, le discernement pastoral ».

« NOTRE SOCIÉTÉ SOUFFRE »

Commentant le fort taux d’abstention lors des élections municipales, il a évoqué « ceux qui sont en attente de biens essentiels – logement, travail, éducation, santé, statut légal – bien plus que de changements sociétaux qu’on a voulu imposer au risque de diviser encore la société ».

« Les évolutions sociétales déstabilisent et divisent », a-t-il répété, quelques heures avant que le premier ministre ne promette d’apaiser les esprits sur ces sujets.

« Notre société souffre », a encore jugé Mgr Pontier, encourageant « les nouveaux élus à mettre au centre de leurs préoccupations les personnes les plus fragiles et vulnérables », de même que « les questions de justice, de partage des biens, de respect des salariés, d’accueil de l’étranger ». « L’avenir ne peut être ni dans la promotion des comportements eugéniques ni dans la perpétuation d’un ordre économique qui exclut trop de membres de nos sociétés », a martelé l’archevêque, en phase avec le pape François.

Muy interesante también lo que dice Liberation: Sin duda el catolicismo francés comienza a liberarse de la losa que le opimía.

file:///D:/Datos/Downloads/14_04-09_Liberation_eveques%20(2).pdf

Y éste de Riposte Catholique:

http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/relativisme/lidolatrie-imprudente-du-debat

TEMAS |

ESPAÑA

.
Fondo newsletter